Jardin des Hespérides

Je suis la voleuse, la « croqueuse », je convoite. Ladon, tu ne m’attraperas pas. Je chaparderai les coings d’or nourris aux sources d’ambroisie, m’abreuverai à son oeuvre, ses fruits. Ce qui se donnent à voir au large des rives océaniques, ce qui se dorent dans un jardin, ma résidence ; entre Tanger et Larache de l’Occident au Couchant ; un à un, je les déroberai pour t’en faire un collier.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s