Rose Mountbatten

Dans cette fenêtre de temps gardé; oubliée des dieux, la palette Laurentienne offre sa Bohême Orientale.

Dissimulés sous la teinte Mountbatten, cammouflage, feintise; les cervidés dardent leurs organes osseux, défiant l’endormi et l’aveugle. Toujours ces mêmes fantoches d’aujourd’hui qui foutent sur les Italiennes et les Nordiques d’autrefois; les renaissances souillées aux mains des fiscalistes, se vendent sur le fil, à coup d’or et de publicités; le roi du monde est borgne. Les vagues moutonnantes scandent le champ des cors. « Mourrez bien bandes de caves! Mourrez! Mourrez au fond de votre party ».

Ils réécriront les livres eux aussi. Sans nous. Temps mieux. Laissons-leurs les villes, le béton et la peste. Gardons-nous le bois de rose et le tison.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s